Archives de l’auteur : François

Nature et homme unis

La nature est très souvent une source d’inspiration pour l’homme. Bien que soumise à l’impermanence des choses, la nature démontre une véritable capacité de résilience, de renaissance pour un organisme parfois sommeillant ou inerte. Nonobstant les cycles et autres vicissitudes climatiques, la nature s’adapte ardemment à son milieu, ne cessant d’évoluer par une rémanence permanente et un renouvellement de ses lois et principes. Elle survit de manière acharnée, indomptable et organisée aux nouvelles conditions émergentes de son environnement et ce pour un avenir certain.

La nature n’a nul désir que celui de se perpétuer et de transfigurer dans un milieu aux incessantes transformations.  Dans une inlassable quête, la nature est un parangon de force qui repousse le trépas auquel le destine inéluctablement la folie humaine.

L’évolution des espèces est une caractéristique de résilience de la nature. La variabilité génétique, qui se manifeste par l’apparition de nouvelles aptitudes chez les espèces, est un phénomène qui apparait dans des situations de déséquilibre gradué présageant d’un probable péril et extinction d’une espèce. Cette manifestation dont le déclencheur est inconscient représente une réaction spontanée et naturelle qui s’active pour renforcer la protection de l’espèce face à ses vulnérabilités perçues par l’insidieux agresseur. La variation se répand par les membres de l’espèce qui en sont pourvus et l’efficacité est confirmée.

Comme le postule Darwin, les espèces sur terre ont une origine commune, ce qui confère à l’homme, une prédisposition spontanée et déterminante à surmonter les épreuves de toute sortes qui visent à anéantir l’espèce humaine.

La recherche constante d’une homéostasie réordonne les lois qui régissent les organismes animés. Tous deux constructeurs de l’environnement, la nature et l’homme forment une dyade dont les conditions sont davantage favorables à l’homme qui en préempte l’espace et le temps. En effet, le diktat de l’homme contraint la nature aux changements de ses principes adaptatifs et subordonne celle-ci à sombrer dans une anomie. Le chaos n’est pas irréversible, il inaugure d’un sursaut pour la mise en place d’un nouvel ordre après le désordre. Cette force de renaître dans un milieu recréé, aux conditions réordonnancées conduisent à un équilibre d’une nouvelle conscience où vivre est bien plus essentiel qu’exister. La nature dispose de ressources qui nous paraissent inaccessibles. La nature préexiste à l’homme et à ce titre possèderait un héritage lui permettant de mieux réagir et résister aux circonstances imposées par son environnement. L’homme serait une expression améliorée et intelligente, dotée de mêmes marqueurs génomiques rendant la nature égale à l’homme face aux intentions dévastatrices et mortifères de ses assaillants. Certes la nature mène ce combat depuis des millénaires contrairement à l’homme depuis des siècles, mais dans sa lutte irrésolue la nature édicte et pérennise sa loi imprescriptible de protéger l’ensemble de ses constituants de son écosystème dont l’homme.